[ro]  [de]  [ru]  [gr]  fr [en]     

Église des roumains libre - Baden

  Histoire    Prêtres    Protection    Programme    Adresse  


 
  Histoire  
  Dépendance canonique  


Dépendance canonique
 

Histoire > Dépendance canonique > Dépendance canonique


Notre église a constamment été reconnue canonique par le patriarcat œcuménique de Constantinople (dont elle tire sa légitimité canonique elle-même comme l'autocéphalie de l'Église orthodoxe roumaine). Les prêtres de notre paroisse avaient également leur légitimité canonique et leur lien avec le patriarcat œcuménique de Constantinople.


Actuellement, le Metropolitan of Switzerland / Patriafrhia de Constantinople est Son Excellence Maximos, le sûr hiérarque officiellement reconnu par l’État suisse (les autres églises orthodoxes menant des activités sur le territoire suisse, fondées sur le principe de "l’iconographie" et non du droit des églises). Il est l'entité légale des autres évêques ou métropolitains qui exercent des activités religieuses sur le territoire suisse (tels que le serbe, le bulgare, le romain, etc.).


Il fait partie du diocèse des Eglises roumaines en Europe, fondé après la Seconde Guerre mondiale par le Patriarcat œcuménique, à la demande des fidèles roumains de l’Ouest, confronté et combattu par le pouvoir politique bolchevique, communiste et athée.


Nous souhaitons ainsi rendre hommage à l'aide apportée par le patriarcat œcuménique de Constantinople à tous les orthodoxes roumains en Europe pendant la période du communisme et du néocommunisme. Tout comme à l'époque, les dirigeants roumains ne faisaient aucun effort pour aider leurs frères orthodoxes sous l'occupation ottomane et depuis le mont Athos, de même nos frères de Constantinople nous ont ordonné des prêtres, nous ont mis des églises à leur disposition, ils ont pris sous leur protection canonique. La dépendance canonique au patriarcat œcuménique a toujours été notre garantie d’une vie paroissiale ancrée uniquement dans le Christ, à l’abri des influences athées ou des forces obscures qui se sont malheureusement manifestées et où elles n’auraient pas dû se trouver.


"En 1989, la tête du serpent a été écrasée, mais son venin est resté et s'est répandu dans le monde entier par sa queue" (Hieronymite Paisie Olaru de Sihla)

(ro) -photo_baden2.JPG








Église orthodoxe romaine libre à Baden, en Suisse

Copyright © 2008-2019   Église orthodoxe romaine libre à Baden, en Suisse